Le Coucou chante, la primevère est là.

La primevère est l’une des premières fleurs à éclore au printemps. Primula signifie « toute première » et veris « du printemps ». Elle est surnommée « Coucou » en référence à l’oiseau qui chante en même temps que la floraison de la primevère.


C’est une plante vivace de 10 à 30cm de hauteur qui pousse en bord de routes et de chemins, dans les prés, pâturages, clairières et bois clairs ensoleillés.

Ses feuilles vert clair, gaufrées, forment une rosette dense sur le sol. Du cœur de cette rosette se développe une tige solitaire d'une vingtaine de centimètres qui arbore, à son sommet, une ombelle de fleurs jaune d'or munies de 5 taches orange à la base des pétales soudés entre eux. La floraison, souvent dès mars, est un indicateur printanier ! Elles dégagent un doux et léger parfum tandis que les racines exhalent un parfum anisé marqué, dès la moindre blessure.

Elle peut vivre pendant plus de 50 ans !

Son usage officinal apparait au Moyen Age avec Hildegarde de Bingen. Cette nonne allemande qualifie notre "coucou" de "clé des portes du paradis" et y voit un remède efficace dans les cas de mélancolie et de paralysie. Par la suite, les guérisseurs ont également utilisé la primevère officinale pour ses propriétés expectorantes, antibiotiques, diurétiques et laxatives…

La floraison élevée et groupée évoque un trousseau de clef qui est l’emblème de St Pierre. La légende raconte que St Pierre ayant entendu une rumeur comme quoi les hommes projetaient de rentrer au paradis par la porte de derrière au lieu des portes dont il avait les clés, se trouvait dans un état de contrariété face à ce manque de respect, qu'il en perdit son trousseau de clés qui du ciel tomba sur terre où il prit racine et ainsi fleurit le coucou

Comme dans la mythologie nordique cette fleur est associée à freya, qui pouvait s'en servir pour captiver les enfants et les emmener dans son palais. Pour les celtes c'était une fleur sacrée, associée au Fées, toucher une pierre des fées avec un bouquet de primevère vous ouvrait la porte sur le monde des fées et ses trésors à condition d'avoir cueilli le bon nombre de fleurs sinon c'était la malédiction assurée.

En cosmétique, La fleur et la racine sont traditionnellement utilisés en usage local comme traitement d’appoint adoucissant pour calmer les démangeaisons des affections cutanées (crevasses, gerçures, écorchures) et contre les piqures d’insectes.


En cuisine, nous utilisons les feuilles et les fleurs. Les fleurs se mangent en salade, coupées sur le terrain. La racine, à odeur de girofle, contribue dans certains pays à aromatiser la bière. De ses fleurs, nous pouvons faire un gâteau dont voici sa recette.


Gâteau de fleur de primevère :

  • 1 saladier de fleur de coucou

  • 250 gr de biscuits à la cuillère

  • 1 pot de crème fraiche

  • 6 œufs

  • 1 cuillère à soupe d’eau de rose

  • 5 cuillères à soupe de sucre

Réserver une poignée de fleur et réduire le reste en une pâte homogène à l’aide d’un mortier ou d’une moulinette électrique. Ajouter cette pâte les biscuits émiettés. Mélanger le tout très soigneusement.

Verser dans un saladier et incorporer la crème fraiche, l’eau de rose, et les jaunes d’œufs.

Battre les blancs en neige en y ajoutant les cuillères de sucre puis ajouter les blancs au mélange précédent.

Verser le tout dans un plat préalablement beurré.

Faire cuire thermostat 180, 30 min.

Avant de servir, saupoudrer de sucre glace et décorer avec la poignée de fleurs fraiches réservée.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout